Erik Truffaz Quartet "Lune rouge"

Erik Truffaz Quartet "Lune rouge"

Avec Erik Truffaz, trompette Benoit Corboz, piano, Fender Rhodes, orgue Hammond Marcello Giuliani, basse Arthur Hnatek, batterie

La trompette de Truffaz est reliée à des mondes sous-marins, des cimes infréquentées, des prières et des comptines. Il fait mine de rien. Il ne joue pas au poète. Mais dans ce morceau, « Lune Rouge », il extrait le son du souffle. Rouge est la lune. Pour apercevoir une lune de sang, il faut que plusieurs facteurs se conjuguent […] la lune rouge découle d’un alignement parfait. « Pour cet album, nous avions envie de choses nouvelles », explique Erik Truffaz. C’est un chantier permanent, intérieur, presque silencieux, qu’un album d’Erik Truffaz Quartet. Presque un truc de science-fiction. D’écrasement temporel. On écoute ces pistes quand elles sont encore en gestation contrôlée, en apesanteur. On ignore si elles proviennent d’un passé ancien, des sons analogiques, des basses si lourdes et poisseuses qu’elles relèvent du dub le plus créole, ou d’un futur très lointain. « Nous avons improvisé tout un tas de petites chroniques qui servent de charnières entre les compositions. » On dirait des miniatures persanes ou les exclamations en phylactères de Roy Lichtenstein. Quelque chose de dense et d’exclamatif à la fois. Dans le lyrisme tendu de ce disque, il y a des clés de voute. Des compositions qui relèvent de ce que l’Erik Truffaz Quartet peut offrir de mieux. Des répétitions infinies, de menues structures harmoniques, qui ouvrent des espaces infinis à l’intérieur de vous. Cette musique, jamais, ne manque d’air. Truffaz depuis 20 ans a joué avec tout le monde, avec Pierre Henry, Christophe, Enki Bilal, il a traversé dix fois le monde, il a rempli des salles, des salles, des salles. Il se pense pourtant toujours comme un mec qui débute, pas 100% légitime, dans la quête éperdue des astres qui s’aligneraient. Leur meilleur disque peut-être, le plus limpide assurément, baigné d’une lumière ocre, d’une force tellurique. Un lieu inconnu mais que l’on sait avoir longtemps cherché.

Adulte : de 15 à 20 €.

Mardi 13 octobre 2020 à 20h30.

Contact & Réservation

Pôle culturel Chabrand
660, boulevard John Fitzgerald Kennedy

83300 Draguignan

04 83 08 30 30



La carte