Festival l'impruDanse - Scena Madre

Festival l'impruDanse - Scena Madre

Le festival de L'ImpruDanse est devene un rendez-vous incontournable de la saison. Nous vous donnons rendez-vous pour découvrir les meilleures créations de danse du moment.

Dans un espace-temps fragmenté où les lieux et les évènements se succèdent, sept danseurs explorent, autour d’une même action, le jeu de nos relations humaines. Avec humour et légèreté, Scena Madre* nous parle de partage et de la diversité précieuse de chacun... un régal ! Brides de mouvements. Morceaux de phrases. Des corps qui se frôlent, des couples qui s’échangent. Et une première séquence toujours recommencée... Ambra Senatore s’amuse de cadavres exquis. La chorégraphe s’inspire du jeu surréaliste où l’on composait des phrases avec des mots choisis indépendamment les uns des autres. Mis bout à bout, ils constituaient une proposition cocasse, incongrue, parfois dérangeante. Autour de la scène mère, traduction littérale de Scena madre*, scène principale et matrice, les saynètes se répètent et s’étoffent tandis que les duos, les trios s’échangent, se redécouvrent, s’élancent, font corps. Les sept personnages en mouvement mêlent les époques, les situations, reviennent en décalé, en enrichissant à chaque passage une séquence déjà entrevue. Gros plan sur des détails, répliques comme au cinéma, montage cadencé: le langage cinématographique habille cette chorégraphie théâtrale où le quotidien percute l’imaginaire... LA PRESSE EN PARLE Ambra Senatore révèle ici à quel point nous sommes empreints de grands films, et surtout de leurs archétypes. Les références sont là, mais se tiennent à distance des titres précis. Voilà donc une formidable invitation au spectateur de devenir coauteur, et c’est pourquoi la pièce tient en haleine, du début à la fin.– Marie Soyeux, La Croix Ambra Senatore nous propose un paysage chorégraphique fragmenté haut en couleur, attrapant à la volée les petites musiques qui font le quotidien. On rit de bon grès car on reconnaît les choses, dans la mesure où c’est de nous dont on parle.– Jean Hostache, Un fauteuil pour l’orchestre.com

Plein tarif : de 12 à 26 €.

Samedi 6 avril 2019 à 21h.

Contact & Réservation

Auditorium de la Dracénie
Boulevard Kennedy

83300 Draguignan

04 94 50 59 59



https://www.theatresendracenie.com

La carte